toute l'information sur le Proche Orient

.

Turquie/Iran – « Le sol Turc ne sera pas utilisé pour une attaque contre l’Iran ! » Davutoglu


Turquie/Iran – « Le sol Turc ne sera pas utilisé pour une attaque contre l’Iran ! » Davutoglu

La presse a peu parlé de cette rencontre entre la Turquie et l’Iran la semaine dernière, et pourtant il en sort quelques remarques importantes !

Les autres articles sur la Turquie

Par Aschkel

Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, jeudi a assuré l’Iran, qu’Ankara ne permettrait pas que le sol turc soit utilisé pour une attaque contre un voisin, lors d’un voyage à Téhéran axé sur la prévention d’une « guerre froide » sunnite-chiite dans la région.

M. Davutoglu pendant ces deux jours de visite a souligné la position délicate d’Ankara.

La Turquie est prise entre l’Iran -voisin susceptible de causer des dommages à la Turquie dans ces progrès économiques et stratégiques d’un côté, et de l’autre les alliés occidentaux déterminés à mettre fin au programme d’armement nucléaire  précisent les analystes.

La visite au cours de laquelle M. Davutoglu a rencontré président iranien Mahmoud Ahmadinejad et  Moqtada al-Sadr, -imam radical chiite d’Irak, s’est passée avant le départ d’Ahmadinedjad pour l’Amérique latine et pendant que les sanctions et les avertissements des Etats-Unis et de  l’Union européenne soient montées en puissance.

Bien que n’étant pas obligatoires pour la Turquie, les sanctions américaines pénaliseraient les entreprises turques qui achètent du pétrole iranien, sauf s’ils peuvent obtenir une dérogation spéciale.

La Turquie reçoit 30% de son pétrole d’Iran et est parmi les principaux consommateurs de pétrole brut iranien Enrayer ces achats contrarierait sérieusement Téhéran.

Pour Ankara, il y a plus en jeu que le pétrole -15 milliards de dollars de commerce annuel total entre les deux pays.

L’Iran, majoritairement chiite, et la Turquie, principalement sunnite, se trouvent soutenir les côtés opposés du conflit qui secoue la Syrie et Irak, les deux voisins ont une  rivalité hégémonique régionale aux des enjeux élevés.

Davutoglu a tenté de lisser les tensions dans cette relation qui jusqu’à l’an dernier était très bonne (les dissensions étaient apparues du fait du problème syrien.

Lors d’une conférence conjointe avec son homologue iranien, Ali Akbar Salehi, Davutoglu a précisé que la Turquie qui a accueilli des radars de l’Otan (Bouclier-anti-missile) n’étaient pas dirigés contre l’Iran ou un autre pays spécifique.

Il a également promis que la Turquie comme dit plus haut ne permettrait jamais que  son sol soit utilisé pour lancer une attaque contre de ses un voisin.

Rappel
Les Etats-Unis maintiennent une base aérienne dans l’est de la Turquie et  table sur cette base en vue d’une option militaire pour dissuader l’Iran d’obtenir une arme nucléaire.

Alors que les forces américaines ont quitté l’Irak, les diplomates turcs disent qu’ils ont de plus en plus préoccupés par le risque de conflits sectaires pouvant provoquer la partition du pays entre chiites, sunnites et Kurdes.

Un Irak divisé pourrait aussi enflammer les problèmes de la Turquie avec ses propres kurdes du Parti des Travailleurs Kurdes (PKK), les Kurdes se trouvant à cheval sur 4 pays l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie.

«Certains sont enclins à lancer une guerre froide autour de la tension entre sunnites et chiites, qui aurait un impact pendant des décennies. Dans ma visite, je soulève cette question en particulier», a déclaré M. Davutoglu avant de s’envoler pour Téhéran mercredi, à l’agence de presse turque Anadolu. «Les tensions sectaires serait un suicide pour toute la région», a-t-il déclaré, se référant également aux Etats du Golfe.

Davutoglu a également transmis une invitation à Catherine Ashton proposant que les négociations soient relancées entre l’Iran et les 6 permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies

M. Salehi a déclaré jeudi que le commerce entre la Turquie et l’Iran dépassera les 15 milliards de dollars en 2012.Toute cessation d’achats de pétrole turque depuis l’Iran semble peu probable.

«Le gouvernement a clairement fait savoir [à Washington] qu’il ne cessera certainement pas d’acheter du pétrole de l’Iran », précise Soli Ozel, professeur de relations internationales et sciences politiques à l’Université Bilgi à Istanbul.

Petite note d’humour pour finir

«L’Iran et la Turquie ont des liens au plus haut niveau depuis les 400 dernières années. Davutoglu a fait cette remarque dans une interview à une chaîne de télévision turque samedi. Il a salué le maintien des relations chaleureuses entre Téhéran et Ankara et a appelé à une nouvelle expansion des interactions entre les deux nations voisines … »

Hum !! Hum !!!

Par Aschkel pour Israël-flash – selon la Revue de presse d’Israël-flash, presstv et online.wsj




One thought on “Turquie/Iran – « Le sol Turc ne sera pas utilisé pour une attaque contre l’Iran ! » Davutoglu

  1. Chaibane

    Qu’Ankara ne permettrait pas que le sol turc soit utilisé pour une attaque contre son voisin…

    Remarque: j’avais bien signalé dans un de mes commentaires récemment que le ministre des Affaires turc a effectué une visite en Iran pour solliciter que la Turquie ne soit pas la cible des missiles iraniens en cas de conflit armé… Il faut simplement se rendre à l’évidence et se mettre à la place des responsables des pays de la région qui cherchent en secret à ce que toute la puissance de feu de l’Iran soit dirigée contre Eretz Israël. En fait, que signifie, « qu’Ankara ne permettrait pas que le sol turc soit utilisé pour une attaque contre son voisin… » Cela veut dire en d’autres termes, ce n’est pas la peine de tirer des missiles sur la Turquie, en dépit du déploiement du bouclier anti-missiles de l’OTAN sur le territoire turc et vous avez l’assurance que l’armée turque se tiendra neutre, mais en off concernant, les villes israéliennes vous pouvez les bombarder…
    Plusieurs personnes m’ont dit: Chaibane, tu as le renseignement et l’esprit d’analyse dans le sang. C’est un don du ciel. Or, étant insensible aux flatteries, je suis suis resté de marbre. Les arrivistes, les opportunistes et les profiteurs, ça n’est pas ma tasse de café…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>