toute l'information sur le Proche Orient

.

Golfe persique/Moyen-Orient : Carte des bases américaines autour de l’Iran


Golfe persique/Moyen-Orient : Carte des bases américaines autour de l’Iran

Depuis le début de l’escalade  et des tensions avec l’Iran, au début de Janvier des cartes des emplacements présumés des bases américaines dans le voisinage de la République islamique ont circulé à travers diverses plates-formes de médias sociaux.

Notre carte, reflète les dernières informations, officiellement reconnues par l’armée américaine, en provenance des médias ou décrites sur des sites d’information militaires, tels que celui de la sécurité mondiale.


 Sur le même sujet Les USA déplacent leurs avions de combat furtifs à de 300 km de la frontière iranienne

Iran/USA :  » Les forces américaines sont prêtes à affronter toute agression iranienne dans la région. » Vice-amiral Fox commandant la Vème flotte 

Iran : Première cible Israël ou les pays arabes ? 

Moyen-Orient : Quelle grande puissance le dominera ? 

Pays du Golfe : Conférence sur la sécurité régionale à Bahreïn – Les arabes n’ont aucune crainte vis-à-vis d’Israël.

Golfe Persique : Des armes à Gogo ! 

Nucléaire iranien: Les pays du Golfe font pression pour que les USA frappent l’Iran 

 

Les bases militaires américaines continuent à former une enveloppe stratégique autour de l’Iran, bien que le retrait américain d’Irak à la fin de 2011 puisse avoir changé l’équilibre régional en faveur de l’Iran.

Alors que les forces américaines quittent les lieux ou réduisent leur présence dans de nombreuses régions du globe en raison de compressions budgétaires, ils ont entamé un départ progressif de l’Afghanistan qui sera terminé en 2014 – leur présence internationale reste vaste.

D’une force en service actif de 1,4 millions de soldats, quelque 350.000 soldats au moins dans 130 pays étrangers sont déployés à travers le monde.

Certaines installations ou bases datent de l’époque de la Guerre froide, mais beaucoup sont déjà dans ou à proximité des zones de combat au Moyen-Orient.

750 bases à l’échelle internationale

Des entrepreneurs privés et ressortissants de pays tiers sont également un pourcentage important du personnel des bases, en plus des réservistes militaires et employés civils du Pentagone.

Les Installations militaires américaines au Moyen-Orient servent à garder un oeil sur l’Iran, mais leur présence dans la région a été considérablement élargie bien avant que l’Iran ne soit  devenu une des premières « menace ».

Il y a eu trois raisons pour lesquelles les États-Unis cherchaient une présence au Moyen-Orient, dit Mehran Kamrava, le directeur du Centre pour les Etudes Internationales et Régionales de l’école de Georgetown University of Foreign Service située au  Qatar:

  • La Sécurisation des ressources pétrolières,
  • garantir la sécurité de l’Etat d’Israël
  • la lutte contre les menaces envers les intérêts américains

Elles étaient les priorités de l’activité aux États-Unis militaire dans la région avant la première guerre du Golfe, rajoute Kamrava.

« Par la suite, la présence militaire directe [parapluie de sécurité] n’a pas été imposée, mais est venue d’une décision politique délibérée de la part des Etats du Golfe persique. »

Kamrava dit que les forces américaines « ont la capacité de projeter leur force en cas de besoin, en intimidant et signalant  aux menaces potentielles que les États-Unis peuvent montrer leur muscles si nécessaire … Il s’agit d’une combinaison  par la présence, les questions logistiques telles que le mouvement de troupes, ou la fournitures de matériel et de services « .

« Donc, la présence de ces bases ne sont pas là nécessairement en raison de l’Iran, mais certainement l’Iran a donné aux États-Unis une raison impérieuse de poursuivre leur maintien et leur nombre, » dans le même temps il n’est pas besoin d’être un génie pour comprendre que l’Iran est encerclé militairement. »

Depuis le début de l’escalade  et des tensions avec l’Iran, au début de Janvier des cartes des emplacements présumés des bases dans le voisinage de la République islamique ont circulé à travers diverses plates-formes de médias sociaux.

Notre carte, ci-dessus, reflète les dernières informations, officiellement reconnues par l’armée américaine, en provenance des médias ou décrites sur des sites d’information militaires, tels que celui de la sécurité mondiale

Si vous souhaitez parcourir la carte avec ce navigateur >ICI

Avant les attaques du  11 Septembre 2001 aux États-Unis, l’armée américaine à l’étranger était majoritairement stationnée en Europe et en Asie de l’Est.

Le nombre de déploiements au Moyen-Orient a grimpé de façon spectaculaire au cours des campagnes ultérieures en Irak et en Afghanistan.

Le large éventail et la fonction des nouvelles installations sont devenus opportuns depuis les combats simultanés des deux guerres massives des deux côtés de l’Iran.

Il y a dix ans en 2002, le contre-amiral Craig Quigley R, principal porte-parole à US Central Command (CENTCOM) à Tampa, en Floride, a déclaré: « Il est important, par exemple, de continuer à construire des aérodromes sur le périmètre de l’Afghanistan qui, au fil du temps, peuvent avoir une variété de fonctions, comme des opérations de combat, l’évacuation médicale et l’acheminement de l’aide humanitaire.  »

Et tandis que les Etats-Unis ont largement réorienté leur stratégie militaire pour la région, ils ont aussi déplacé des troupes en Arabie saoudite et dans d’autres Etats arabes du Golfe, où ces États ont de nouveaux besoin en sécurité.

La présence des troupes

Selon les chiffres CENTCOM du 30 Avril 2012, il y a environ 125.000 soldats américains à proximité de l’Iran: 90.000 soldats dans et autour de l’Afghanistan -opération Enduring Freedom -quelque 20.000 soldats déployés à terre ailleurs dans la région du Proche-Orient, et entre 15 à 20000 soldats à flot sur les navires de guerre.

Le Secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a dit qu’il est resté environ 40.000 soldats déployés dans le Golfe après le retrait de l’Irak. Mais le nombre exact, l’emplacement et les missions de ces forces au-delà de l’Afghanistan sont pratiquement impossible de déterminer.

«Nous sommes tenus de respecter les volontés des différents pays d’accueil, qui ont demandé que nous ne révélions pas les détails de toute la présence américaine sur leur sol souverain, » déclare Oscar Seara, officier des affaires publiques au CENTCOM, à Al Jazeera dans un courriel.

«Nos partenaires sont sensibles à ce que nous sommes en mesure de dire à propos de nos relations militaires », a déclaré Seara, lorsqu’on lui a demandé de confirmer ou de nier les informations contenues sur la carte ci-dessus.

Dans le Golfe, le porte-parole du CENTCOM Seara n’a fait que confirmer que la Vème flotte est basée à Bahreïn.

Pour le reste, vous devrez  communiquer avec le ministère bahreïni de la Défense ou le Ministère koweïtien de la Défense. « 

En dépit de ces efforts officiels pour rester discrètes dans l’ère post 11/09, les forces aériennes, de marine et les marines américains sont massivement positionnées à Oman, les Émirats arabes unis au sud de l’Iran, en Turquie et Israël à l’ouest, au Turkménistan et au Kirghizistan au nord, et en Afghanistan et Pakistan à l’est.

En outre, les États-Unis ont des partenariats militaires étroits avec la Géorgie et l’Azerbaïdjan dans le Caucase, où les troupes américaines sont engagées dans des missions de formation, et où les installations locales sont utilisées dans l’acheminement des fournitures à travers la mer Caspienne vers l’Afghanistan.

Lorsque le Pakistan a fermé les voies d’approvisionnement de l’OTAN en Afghanistan, les pays d’Asie centrale comme l’Ouzbékistan et le Tadjikistan sont devenus encore plus cruciaux pour l’expédition de marchandises non létales à travers le Réseau de Distribution du Nord dans la zone de conflit vers le sud.

Les craintes d’un nouveau « Grand Jeu » ont émergé, lorsque les États-Unis sont rentrés plus directement en concurrence avec la Russie et la Chine pour l’influence régionale.

Alors que 2012 a clairement vu un renforcement militaire américain dans le Golfe, en particulier une augmentation de la taille de la force de combat au Koweït, les mouvements de troupes sont maintenues officiellement secrets.

Le Pentagone a déclaré donné la priorité aux déploiements de troupes plus petits  , plus agiles travaillant en partenariat avec les troupes locales, plutôt que mettre l’accent sur un  grand nombre de « bottes sur le terrain ».  Les fonctionnaires disent qu’un  renforcement de cette présence dans le Golfe est destiné à servir de « réaction rapide et de force de contingence », et n’est pas forcément un prélude à la guerre.

Bases flottantes

En plus des bases répertoriées sur la carte ci-dessus, l’US Navy a annoncé à l’été 2012 qu’une base flottante serait susceptible d’être déployée dans le Golfe.

Le navire de guerre reconverti USS Ponce est prévu pour être utilisé par la Marine pour la lutte contre la piraterie et pour des missions de confinement de l’Iran.

Alors que les porte-avions doivent se déplacer régulièrement dans le Golfe, le nouveau navire sera en mesure de rester au même endroit pendant des semaines.

« Il y a deux groupes de porte-avions d’attaque qui opèrent dans la zone » a déclaré le Lt Rebecca Rebarich, porte-parole  de l’US Fifth Fleet, à Al Jazeera dans un courriel.

« Le Porte-avions USS Enterprise opère dans la mer d’Arabie, et réalise des missions d’appui pour l’Opération Enduring Freedom » (Afghanistan), a déclaré Rebarich. « Le Porte-avions USS Abraham Lincoln conduit des opérations de sécurité maritime dans le golfe Persique. »

La France a également un porte-avions à propulsion nucléaire, le Charles de Gaulle, qui en février a été signalé comme se dirigeant vers le golfe.

Pour sa part, la France en 2009 a établi un « Camp de la Paix », une station aéronavale à Abu Dhabi. Bien que la base ne soit pas officiellement dirigée contre l’Iran, la puissance dominante de l’autre côté du golfe a déclaré rejeter l’augmentation de la présence militaire étrangère dans la région.

Bien que les installations américaines en Turquie, en Israël, à Djibouti et Diego Garcia ne soient pas de la responsabilité du CENTCOM, elles pourraient également être utilisées en cas de conflit avec l’Iran.

En plus des bases indiquées sur la carte ci-dessus, il existe d’autres micro-bases des États-Unis, ainsi que des sites appartenant à d’autres pays qui sont utilisés par les troupes américaines, mais  qui ne sont pas reconnus en tant que bases ou installations – ceux-ci sont non confirmés.

Chalmers Johnson, l’auteur américain qui a inventé le terme « empire de bases », dit que le rapport du ministère de la Défense de 2011 omet de citer les bases d’espionnage, ainsi que les installations situées dans les zones de guerre et autres lieux sensibles.

Des commandos américains sont également déployés dans toute la région dans le cadre du « Special Operations Command » (SOCOM), et mènent des activités clandestines et opérations spéciales.

Par Aschkel et David Feldman pour israel-flash

Sources globalsecurity - aljazeera - centcom - israel-flash




4 thoughts on “Golfe persique/Moyen-Orient : Carte des bases américaines autour de l’Iran

  1. toto-one

    On ne peut que contenir ou intimider l’Iran, mais on ne peut pas attaquer l’Iran de front, car ce sera une guerre longue et sans merci à cause de la religion. L’Iran sera soutenu par l’Afghanistan, Pakistan sans compter les autres pays arabes. Seule une coalition avec l’Inde, la Russie et la Chine pourrait anéantir l’Iran avec comme fer de lance Israël bien sûr, qui allumera le premier la mèche qui conduira à une détonation.

    Reply
    1. shlomo-david

      Vous avez bien raison! il faut détruire l’iran! tuons les pour défendre notre patrie israel! les iraniens étaient alliés avec hitler et avec staline!

      Reply
      1. Aschkel Post author

        Shlomo

        Lorsque tu dit il faut détruire l’Iran, je pense que tu parle d’annihiler les responsables iraniens, cause du malheur de leur jeunesse et de leur peuple. Le peuple lui doit être libéré de ces fous furieux.

        Reply
  2. yacotito

    l’idéal pour Israël c’est que la destruction des infrastructures militaires d’Iran soient faite par les US. La haine contre les juifs attisée depuis des années est telle que les pays musulmans feraient bloc en cas d’attaque Israélienne.
    Le problème est l’actuel président des US et la majorité démocrate dirigeante qui rêve en pensant désamorcer la crise en négociant (pour autant qu’Obama veuille défendre l’occident, ce qui n’est pas évident)

    Espérons que les élection de novembre résoudront ce problème, dans le cas contraire, ce sera le baptême du vidangeur !

    Ce qui est étonnant avec la race humaine c’est qu’elle ne tire jamais expérience du passé. si l’Angleterre et la France avaient attaqué l’Allemagne avent qu’elle ne devienne aussi puissante, la seconde guerre mondiale n’aurait sans doute pas fait autant de dégâts. vouloir apaiser le diable est une illusion.

    Je suis par ailleurs d’accord avec Ashckel: la jeunesse iranienne est elle aussi sous la botte de fous furieux qui dirigent l’Iran et ne demanderait pas mieux que de s’en débarrasser.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>